Omegaverse, la nouvelle tendance BL au Japon

Si vous suivez attentivement les sorties des mangas BL au Japon, vous avez forcément dû entendre parler des omegaverses, ces titres si particuliers et pourtant en vogue depuis plus de deux ans sur le territoire Nippon. Si vous n’en avait jamais entendu parler ou si vous n’avez toujours pas compris de quoi il s’agit exactement, cet article est fait pour vous !

Pour faire simple, l’omegaverse est un univers/genre de littérature BL (roman, comic, manga…) où les hommes peuvent tomber enceinte et donc donner la vie à un enfant. Créé en Mai 2010 par un fandom de la série TV Supernatural, ce genre d’histoire s’est rapidement étendu en Occident puis quelques années plus tard en Orient dont au Japon.

À travers les années et les titres, quelques variantes ont fait leurs apparitions mais le principe de l’omegaverse reste généralement le même. À savoir, qu’il existe trois sortes de personnes parmi les hommes et les femmes :

Article-Omegaverse-4– Les Alphas (α) représentent 20% de la population. Ils sont génétiquement plus charismatiques et plus intelligents, faisant d’eux l’élite de la société et de leurs entreprises. Ils ont généralement un fort caractère dominant et jouent d’ailleurs le rôle du seme (dominant) durant les relations sexuelles. Ce sont les seuls à pouvoir mettre un omega enceinte.

– Les Betas (β) représentent 70% de la population. Ils sont tout à fait ordinaires et restent généralement entres eux du fait de leur incompatibilité sexuelle avec les alphas et les omegas. Il est d’ailleurs très rare qu’un enfant de parents betas naisse alpha ou omega.

– Les Omegas (Ω) représentent 10% de la population. Qu’ils soient hommes ou femmes, ils sont considérés comme le sexe faible car ils les seuls à pouvoir enfanter d’un alpha. De fait, ils réussissent rarement à atteindre un poste élevé et sont souvent femmes au foyer. Ce sont des personnes généralement douces et assez frêles qui jouent le rôle d’uke (dominé) durant les relations sexuelles.

Outre leurs différences de statut et de caractère, les alphas et les omegas disposent également de quelques différences physiques majeures comparés aux betas et donc aux humains normaux. En effet, les alphas ont deux particularités clairement animales, à savoir un pénis qui grossit durant l’acte sexuelle, et surtout la présence d’un « nœud » qui empêche le pénis de se retirer durant l’accouplement, afin d’assurer la fécondation. Quant aux omegas, ils disposent d’un utérus au bout de leur anus afin de porter l’enfant à naitre. Organe qui sécrète également un lubrifiant naturel pour faciliter la pénétration.

Article-Omegaverse-1

Mais ce n’est pas tout, puisqu’en plus de leur particularités physiques animales, les alphas et les omegas se comportent également comme tels durant la période de reproduction. En effet, les omegas sécrètent constamment des phéromones qui attirent les alphas et les même les betas. Phéromones qu’ils peuvent d’ailleurs être dissimulées grâce à des médicaments. Cependant les omegas sont régulièrement en chaleur (la cadence dépend d’un titre à l’autre), période durant laquelle ils doivent être fécondés pour procréer. Durant les chaleurs, l’omega souffre d’un désir insatiable et en vient à coucher avec n’importe qui pouvant faire l’affaire. Il leur suffit par la suite de prendre un contraceptif sous forme de médicament pour éviter de tomber enceinte. Quant aux alphas, ils sont généralement incapables de résister à l’attirance des omegas et finissent en rut, à la recherche du ou des omegas avec qui il pourra s’accoupler.

Article-Omegaverse-2

Mais malgré leur côté bestiale, les omegas et les alphas peuvent également se montrer très romantiques puisqu’ils recherchent constamment leur âme sœur. Une personne avec qui ils partagent un lien physique et psychique très puissant. Lorsqu’ils ont enfin trouver cette personne, l’alpha mord son omega sur la nuque pour y laisser une marque qui y restera toute sa vie. Un symbole de leur appartenance et fidélité commune, puisqu’à partir du moment où un omega est mordu, il ne pourra faire l’amour avec personne d’autre qu’à l’alpha à qui il appartient, et inversement.

Article-Omegaverse-3

Suite à l’engouement naissant du lectorat pour l’omegaverse, l’éditeur Japonais Fusion Product a créé en 2015 le label Omegaverse Project, dédié à l’expansion du phénomène dans les mangas Japonais. Un pari lancé également par d’autres éditeurs comme Frontier Works et Takeshobo, et qui s’avère pour l’instant gagnant puisque récemment plusieurs titres ont été élus meilleurs mangas au Kono BL ga Yabai 2017, dont Pendulum: Kemonohito Omegaverse à la 25ème place et Kashikomarimashita, Destiny à la 42ème place.

Hasumi-Hana_Pendulum-Kemonohito-Omegaverse SACHIMO-Kashikomarimashita
©Hasumi Hana – ©Sachimo           
Mais également au Chil-Chil BL Award 2017 (classement prochainement disponible sur Yaoi Pulse) avec Tadaima, Okaeri et Kashikomarimashita, Destiny respectivement classés 7ème et 8ème Meilleurs Mangas de l’année 2016. Ainsi que Kurui Naku no wa Boku no Ban et Pendulum: Kemonohito Omegaverse, respectivement classés 1er et 4ème Meilleurs Premiers Mangas (de leurs auteurs).

Ichikawa-Ichi_Tadaima-Okaeri-T01 Kusabi-Keri_Kurui-Naku-no-wa-Boku-no-Ban-T01
©Ichikawa Ichi – ©Kusabi Keri   
Un succès plutôt rapide et inédit pour un nouveau genre d’histoires et qui plus est, aussi particulier que celui-ci. Reste à savoir si ce succès sera aussi concluant en France, où quelques titres devraient très bientôt faire leurs entrées !

Partager cet article :
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Commentaires

  • Que dire, autant je ne connaissais pas le mouvement, autant il me fait penser à Love Pistols….qui me donne l’impression d’être le premier précurseur…même s’il y a des différences entre les deux…globalement l’idée est là.
    Bref pourquoi ne pas tenter un titre ou deux…
    En tout cas des hommes qui donnent naissance…cela me fait penser à un roman que je viens de finir Le Chevalier Noir 2 – Les Noces…comme quoi même les romans MM de fantasy s’y mettent doucement…mais bon là pas question d’homme enceint , mais plutôt de gestation magique…

  • Merci pour cet article, c’était très intéressant, d’autant plus que je ne connaissais pas du tout.

    Par contre j’avoue que j’ai une petite frayeur, c’est qu’on retombe dans le « cliché » du uke qui chiale tout le temps et qui rougit comme une fille, et du seme beau gosse charismatique qui a la personnalité d’une boule de pétanque…. (jusqu’à maintenant on avait des titres genre « twittering bird never fly », « blue morning », « dead lock »….etc qui mettaient plutôt en avant des mecs à « égalité » dans le couple, et je trouvais ça génial, ça permettait des scénarios vachement matures. Là j’ai l’impression qu’on est plutôt dans le schéma inverse, avec des soumis biien soumis, et des dominants biiiien dominants….)

    Après je n’ai lu aucun des titres qui sont cités, mais je manquerais pas de les acheter pour me faire mon idée ! Mais l’idée d’avoir un univers où les mecs peuvent tomber enceinte est intéressante, j’ai hâte de voir ce qu’ils vont en faire !

    Très hâte de les lire en tout cas, et merci à Boy’s Love pour l’édition !! 🙂

  • Merci beaucoup pour cet intéressant article. Je connais déjà le principe de l’omegaverse et j’ai déjà lu, il y a pas mal d’années maintenant, ce genre d’histoires dans des fanfictions mais je serai heureuse d’en lire d’autres en manga.

    Par contre, je trouve ça toujours dommage de voir les descriptions si restreintes et codées de l’alpha et de l’omega. En gros, l’alpha = le seme de « base », riche, populaire et avec toutes les qualités qui vont avec ; et l’omega = le uke « cliché », pas très riche, réservé, pas très populaire et un peu gauche. Le cliché des rôles de l’homme dans toute sa puissance et de la femme dans toute sa soumission. J’avoue que c’est quelque chose qui m’exaspère quand même. J’aimerais voir plus de uke avec des caractères forts et des seme qui ont aussi leurs faiblesses car ce sont tous des êtres humains, donc imparfaits mais avec des capacités pour tous. Après, je peux me tromper pour certaines histoires car je ne connais pas ces mangas pour le moment, mais j’espère qu’on ne tombera pas une fois de plus là-dedans.

    J’ai quand même hâte de les lire et c’est bien qu’IDP ait pris l’initiative de publier ce genre d’histoires. J’espère vraiment être agréablement surprise. 🙂

    1. Je te comprends, quand j’ai découvert l’omegaverse j’ai eu l’impression que ça avait été inventé par des femmes qui voulaient refouler leur sentiment d’infériorité en créant des personnages masculins encore plus soumis que les femmes dans les années 50…

      J’avoue ne pas avoir lu beaucoup de titres omegaverses pour l’instant mais par rapport à ce cliché « Kurui Naku no wa Boku no Ban » a été une grosse surprise, grâce à son omega au fort caractère et à la position de boss, et à son alpha qui pour sa part résiste à ses pulsions car il déteste les omegas.

  • Je vois pas trop en quoi c’est révolutionnaire, le titre Love Pistols surfe plus ou moins sur la même vague depuis plusieurs années, même si ce n’est pas exactement pareil que ce qui est expliqué dans l’article.
    Et puis pour ceux qui lisent des fanfictions, le m-preg est un genre qui existe depuis pas mal de temps.

    Enfin tout ça pour dire que je ne trouve pas l’omegaverse particulièrement novateur, même si le concept peut se révéler intéressant. Après delà à en faire un genre à part entière je trouve cela exagéré. Que ça soit le background d’une histoire c’est une bonne chose, mais que pleins d’auteurs se mettent à en dessiner ça va faire beaucoup de manga qui se ressemblent, étant donné que les caractéristiques de l’omegaverse sont très (trop ?) précises et ne permettent pas une grande liberté pour l’auteur. Autant faire un manga avec du m-preg à sa propre sauce, je trouve ça bien plus intéressant et ça ouvre plus de possibilités !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *